Conseils et Bons Plans

Télétravail et recherche d’un meilleur cadre de vie : les nouveaux atouts des Régions pour développer leur attractivité

Télétravail et recherche d’un meilleur cadre de vie : les nouveaux atouts des Régions pour développer leur attractivité

La crise sanitaire a profondément bouleversé nos modes de vie, la recherche d’un meilleur cadre de vie combinée avec la généralisation du télétravail 2 jours par semaine offrent de nouvelles opportunités : choisir son lieu de vie indépendamment de son lieu de travail. Une tendance bien perçue par les régions et les territoires qui multiplient les actions pour séduire entreprises et familles. 

travail hybride blablacar

La crise sanitaire a bouleversé nos valeurs et modes de vie

 

La crise sanitaire, et tout particulièrement le 1er confinement, a été un véritable électrochoc : après la sidération, nous sommes nombreux à nous interroger sur la vie d’après, à ne pas vouloir repartir comme si rien ne s’était passé, sur le sens à donner à notre vie. 


Durant le 1er confinement, 20% des habitants des grandes agglomérations se sont rendus dans leur résidence secondaire, chez des parents ou ont loué une maison. Ils ont réalisé qu’il y a une vie en dehors de la ville, des bénéfices de la nature, de l’espace, d’une maison avec un jardin. « On s'est rendu compte que la métropole est un lieu indispensable, mais on n'est pas obligé d'y habiter » soulève Jean Viard lors d’une interview accordée au cabinet Arthur Lloyd**. La société de demain sera celle de la "bi-résidence", avec l'entreprise dans les grands centres urbains et le coworking ou le télétravail dans les petites villes et les villages.


Les différents confinements ont été un véritable déclencheur du souhait de déménager, en particulier chez les jeunes familles parisiennes ou vivant dans des grandes villes et ne disposant bien souvent que d’un petit appartement. Tous les acteurs de l’immobilier l’ont constaté à travers la baisse de la vente de grandes surfaces en centre-ville au profit de maisons avec jardin en périphérie ou en région, mais aussi l’explosion des demandes de logements lumineux avec espaces extérieurs type terrasse ou balcon. Le site Se Loger a enregistré une hausse de 30% des recherches de logement de la part des franciliens avec, fait notable, le taux le plus faible (même si cela reste la majorité) de recherches en Ile de France : 77% vs 86% habituellement.

 

Selon l’étude Baromètre des Territoires réalisée par Elabe, l’Institut Montaigne et la SNCF*, suite à la crise sanitaire, 8% des français ont déménagé et 19% ont l’intention de déménager prochainement. Une intention qui se renforce pour les 2/3 d’entre eux, et est encore au stade de projet pour 1/3. Les plus motivés sont les couples avec jeunes enfants à la recherche d’un meilleur cadre de vie pour la famille, un constat que nous faisons également parmi les membres de WeekAway. Les habitants des grandes villes sont les plus motivés avec près de 3 franciliens sur 10, 21% des habitants des agglomérations de plus de 100 000 habitants alors qu’ils ne sont que 14% dans les petites villes ou zones rurales.
 

 

Le télétravail ouvre de nouvelles possibilités

 

Peu développé avant la crise avec 10 à 15% des cadres qui faisaient du télétravail soit moins de 3% des salariés selon la Dares, regardé avec méfiance par la majorité des dirigeants d’entreprise, le télétravail a été la révélation positive de la crise sanitaire. Contraint et forcé durant les confinements, il a prouvé que cela marchait et il est difficile aujourd’hui de faire marche arrière.


Le télétravail rencontre, en effet, un vrai succès auprès des collaborateurs qui peuvent mieux organiser leur journée, aller chercher les enfants à l’école, évitent des heures dans les transports, bref y gagnent un meilleur équilibre de vie.


Pour leur part, les entreprises se sont aperçues que le télétravail apporte de nombreux bénéfices tant du point de vue équilibre de vie personnelle – vie professionnelle mais aussi en termes de productivité relevé par 64% des entreprises selon une étude de l’ANDRH. Depuis les accords télétravail se multiplient, et 68% des membres de l’ANDRH prévoient un rythme hybride combinant 2 jours de télétravail et 3 jours en présentiel.
L’ensemble des acteurs s’accordent sur le fait que le retour au 100% présentiel est mal vécu par les collaborateurs éligibles au télétravail et pénalise l’attractivité de l’entreprise auprès des Talents. 8 salariés sur 10 considèrent le travail flexible comme un très important lors d’une recherche d’emploi et un salarié sur deux serait prêts à changer d’emploi si leur entreprise ne leur permet pas d’avoir un rythme de travail hybride (étude Microsoft) 


Avec 2 jours de télétravail il est possible de choisir son lieu de vie et de réaliser son rêve d’un meilleur cadre de vie. Les effets ont été très rapides puisque 1/3 des DRH ont constaté que des collaborateurs avaient déménagé pendant la crise selon l’ANDRH. Ainsi un nombre croissant d’actifs choisissent de vivre dans une région et de travailler dans une autre tout en trouvant sur un site tel que WeekAway des solutions de logement à proximité du bureau quelques jours chaque semaine.

 

La crise sanitaire une opportunité pour les territoires ?

 

Le souhait de quitter les grandes villes et en particulier Paris n’est pas nouveau avec 8 cadres franciliens sur 10 qui envisageaient déjà de partir en région selon les études Cadremploi réalisées avant la crise Covid sans pouvoir réellement passer à l’acte. La différence c’est qu’aujourd’hui avec le travail hybride, ce rêve peut devenir réalité.


Pour un parisien, un déménagement en région permet de diviser à surface égale son loyer par 4 voire 6, avec ainsi l’opportunité de s’agrandir, d’avoir un accès extérieur sans forcément changer d’emploi. Les villes cathédrales telles que Reims, Amiens, Rouen, Chartres, Orléans rencontrent un fort regain d’intérêt du fait de leur proximité avec Paris, d’une liaison directe en train, d’un parc immobilier attractif, de la présence de bonnes écoles, d’un bon réseau internet…


Mais ce ne sont pas les seules puisqu’avec 2 jours de télétravail on n’est plus obligé de vivre à côté de son bureau, et, que passer une ou deux nuits à distance n’est pas la même contrainte que partir du lundi au vendredi, comme le faisaient jusqu’à présent les célibataires géographiques. C’est d’autant plus facile aujourd’hui d’une part avec le pass Max Active de la SNCF qui permet un abonnement spécifique à ce mode de vie pendulaire entre 2 villes, d’autre part avec la multiplication d’offres de logement récurrent à temps partiel proposées par des particuliers mais aussi des professionnels que l’on retrouve sur WeekAway.
 

 

Les territoires mettent en place des dispositifs pour renforcer leur attractivité

 

La crise permet aux territoires de renforcer leur attractivité, en particulier s’ils sont bien desservis en transports type TGV ou ont un bassin d’emploi suffisamment attractif pour des couples bi-actifs. De nombreux acteurs proposent un accompagnement à la recherche d’emploi couplé avec une recherche de logement en région mais cela n’est pas forcément adapté à tous les types de postes. C’est le cas notamment pour les cadres qui pourront trouver un poste pour l’un des deux conjoints mais rarement pour deux personnes.
Pour y parer, les régions mettent en place des dispositifs de bourse à l’emploi proposée par les entreprises. C’est le cas notamment du Job in Bordeaux via l’agence d’attractivité Invest in Bordeaux, ou de la Cité de l’Emploi de Pau… 


De leur côté pour répondre aux nouvelles envies de leurs collaborateurs, les entreprises multiplient les installations en région, que ce soit d’un bureau regroupant les salariés installés dans la région, l’ouverture d’une entité conséquente telle que l’installation de Doctolib à Nantes ou encore le déménagement de l’ensemble de la structure en région comme Energo qui a quitté Paris pour Lille. 



Cela n’a échappé à personne, les régions multiplient les actions de communication pour séduire entreprises et les familles. Les slogans deviennent plus percutants : « Toulouse a tout ! il ne manque que vous », « Bretagne passez à l’ouest », la Haute Marne respire et inspire », « of course le Mans », …

Le cabinet Arthur Lloyd a ainsi publié un indice d’attractivité des régions, basé sur un ensemble de critères incluant les performances économiques, l’immobilier, la connectivité et les infrastructures de transport, la qualité de vie. Les villes ont été classées par taille et il ressort que : 
•    Très grandes métropoles : Lyon confirme pour la 5è année sa place de 1er devant Bordeaux qui supplante cette année Toulouse et Aix-Marseille
•    Grandes métropoles : Nantes devance 2 villes qui font leur entrée dans le top 3 à savoir Grenoble et Strasbourg, suivies par Rennes
•    Métropoles intermédiaires : Brest occupe pour la première fois la 1ère place suivie par un trio très serré comprenant Tours, Clermont-Ferrand et Nancy
•    Agglomérations de taille moyenne : Valence, Angoulême, Niort 

 

 

Pour accompagner ce mode de vie en mobilité récurrente, WeekAway a développé une offre unique de location longue durée à temps partiel à proximité du bureau. WeekAway est partenaire des régions et des territoires pour proposer aux nouveaux venus et à leur conjoint des solutions pour la période de transition dans l’attente de trouver un emploi sur place ou dans la durée pour celles et ceux qui ne souhaitent pas quitter leur emploi dans leur ville d’origine.


Régions contactez- nous pour en savoir plus : contact@weekaway.fr 

Weekaway :
> vous avez déjà déménagé : apportez-nous votre témoignage : contact@weekaway.fr 
> vous n’avez pas encore déménagé et y réfléchissez : découvrez nos offres pour trouver un logement en semaine à proximité de votre bureau ou contactez-nous : contact@weekaway.fr 



Méthodologie des études
* Etude Baromètre des Territoires 2021 réalisée par Elabe avec Institut Montaigne et la SNCF : 10 000 personnes représentatives de la population français interrogées entre 21 sept et 7 octobre 2021
** Baromètre 2021 Arthur Lloyd Attractivité des Métropoles françaises et résilience des Territoires


 

Photo - Nantes @Johanna Buguet - Unsplash